Francis Chouquet Lettering + Logo Design

Le web designer doit-il savoir coder ?

0

J’avais prévu un long et bel article sur l’avancée de CSS3 et des incidences que ça risque d’avoir sur le métier de web designer, mais hier, une petite polémique est née sur Twitter dans la communauté anglo-saxonne suite à ce tweet d’Elliot Jay Stocks:

Elliot_tweet_webdesigner

Ca fait un petit moment que je me pose la question moi-même ? Un web designer doit-il savoir obligatoirement savoir faire du HTML et CSS ? En allant au Paris Web en octobre dernier, j’étais assez abasourdi d’entendre tous ces intégrateurs et développeurs dire qu’ils ne bossaient qu’avec des « graphistes web » qui ne connaissaient pas du tout le web et comment ça fonctionne, qu’ils devaient constamment reprendre leur travail qui n’était que rarement intégrable en l’état… J’étais étonné parce que pour moi ça tombe sous le sens. Comment faire un site web digne de ce nom si tu ne connais pas les tenants et les aboutissants de la mise en place de ce site web.

Et hier, sur Twitter, c’est un peu la discussion que l’on a vu fleurir en provenance d’outre manche et pour laquelle les réponses étaient plutôt différentes, entre les pour et les contre… Cela dit, la plupart des arguments se tiennent. En fin de journée, par exemple, Mike Kus a écrit « sa version des faits » sur Think Vitamin, le blog de Carsonified. Et il offre un très bon exemple puisque c’est un web designer qui vient du print. Il affirme dans son article que c’est important voire primordial de connaître le HTML et les CSS quand on est web designer. Il donne 5 raisons à cela parmi lesquelles il y a la meilleure compréhension du média, forcément, aussi parce que CSS3 par exemple, offre de nouvelles possibilités visuelles, d’autres perspectives, et le HTML et les CSS en général, permettent d’avoir une vision supplémentaire du site web que l’on veut ou que l’on est en train de créer. Enfin, il ajoute également qu’apprendre HTML et CSS n’est pas très compliqué…

Ensuite, ça a été au tour de Mark Boulton de faire part de son opinion. Là, l’avis est légèrement différent. Si MB est d’accord que connaître HTML et CSS est important, ce n’est pas, pour lui, primordial. On peut être un excellent graphiste, faire un boulot formidable et pour autant ne pas connaître HTML ou CSS. Il faut dire qu’il a une expérience de web designer dans une grande structure comme la BBC et là, ce sont des équipes importantes où chacun à un rôle et où le graphiste reste graphiste. On ne lui demande rien d’autre.

Il est vrai que bien souvent il faut prendre dans quelles conditions travaille le web designer. S’il est indépendant, il va probablement être amené à intégrer lui-même ses designs, alors que dans des agences ou autres grosses structures, il sera uniquement cantonné à son travail graphique. Cela dit, ça n’empêche pas de connaître ces techniques. Personnellement, je ne comprends même pas comment on peut aimer le web design sans avoir envie de mettre le nez dans des CSS par exemple. Pour moi, c’est tellement un plus et un véritable plaisir de créer une maquette dynamique dans le navigateur, que j’ai du mal à envisager que certaines personnes puissent faire ce métier sans s’intéresser de près à ces aspects.

Je viens d’ailleurs de parler de « maquette dynamique« . Je ne sais pas si c’est le terme le plus adéquat pour parler d’une maquette réalisée dans le navigateur, mais si ces pratiques, qui arrivent avec CSS3, se développent, le métier même de web designer risque d’évoluer. Et la frontière entre web designer et intégrateur risque de se déplacer un tout petit peu ! 😉 D’ailleurs, pour moi, c’est la définition même de web designer qui est ambigu…

Enfin bref, j’aurai l’occasion de vous préparer un nouvel article sur les CSS3 et Photoshop dans les prochains jours si tout va bien. Restons ici concentrés sur le sujet qui nous intéresse !! 😉 Qu’en pensez-vous ? Est-il important pour un web designer de connaître HTML et CSS, voire même Javascript ? Ou au contraire, pensez-vous que le web designer n’est qu’un « simple » graphiste mais pour le web, et qu’il est « préférable pour tout le monde qu’il reste dans son domaine » (entendu au Paris Web… ^^ ) ?

PS: Elliot Jay Stocks vient de publier une version plus longue de son tweet !! 😛

PS2: J’ai déposé une demande de sujet pour le prochain Paris Web sur le sujet… enfin, en partie. J’aimerais beaucoup faire une présentation sur le sujet, et notamment sur l’évolution du métier de web designer au fur et à mesure que la technologie web évolue…

98 Commentaires

  • Je partage complètement l’avis d’Eliot mais malheureusement je connais beaucoup de graphiste qui ce disent web-designer… la différence entre le deux pour moi étant bien entendue la capacité à adapter son travail au web.
    Un graphiste va produire le fichier d’exécution finale pour l’impression tout comme le web-designer doit produire la CSS.

  • Alors pour moi qui débute à peine dans l’intégration (je m’y suis lancé grâce à ta série de Tuto sur les thèmes WordPress) je suis un très mauvais designer. ça va des gouts douteux à l’incapacité à créer des éléments graphiques tels que icones, logos, images. Je me cantonne à la typo et aux dégradés…

    Et pour développer, je travaille conjointement avec ma copine qui elle est graphiste et n’a aucune connaissance en programmation web. Alors des fois je suis forcé de lui dire « ça c’est pas possible » ou « ça va être chiant »…
    Mais le thème que j’ai intégré pour son blog reste le plus abouti que j’ai fait et je lui ai dit « Fait tout ce que tu veux, je m’arrangerai avec le code »

    Donc je rejoins Mark Boulton, pour moi un webdesigner n’est pas obligé de connaître HTML/CSS/JS, sauf s’il est tout seul.

  • Hello

    J’avais essayé de répondre à la question il y a quelques mois aussi http://bbxdesign.com/2008/06/1.....graphisme/

  • Etant développeur, j’ai souvent eu l’occasion de travailler avec des graphistes web comme décrits au premier paragraphe, et j’ai la chance d’avoir des notions de Photoshop pour parfois pouvoir retoucher l’impossible et avoir une version possible 😉

    Ceci dit, je ne pense pas qu’un designer doit absolument savoir le HTML/CSS. En revanche, il est plus que clair qu’il doivent avoir des notions, pour connaître les « contraintes » que lui impose le web.

    C’est d’ailleurs pour ça qu’il est bon de travailler en équipe entre designer et développeur, ça aide à mieux se comprendre 😉

  • Héhé, alors pour moi c’est clair, un graphiste doit absolument avoir au moins un minimum de connaissance HTML et CSS (notion de block/inline, padding/margin/display et float). Ceci dit dans l’absolu, il est effectivement possible de faire du webdesign sans celà, mais l’intégration risque de demander un boulot dingue.

    Et comme tu le soulignes, avec l’arrivée de CSS3, les possibilités graphiques sont énormes, d’ailleurs je viens juste de boucler un site qui utilise … une seule image ! Le reste c’est du css3: border-radius, opacity, shadow … j’ai juste pas utilisé les dégradés car encore assez mal supportés même sur les navigateurs récents. De même que ceux qui faisait uniquement de l’intégration vont être amené a toucher de plus en plus à la partie graphique. Je pense que les 2 fonctions vont être de plus en plus liées? Au pire l’intégrateur aurait en charge l’aspect graphique et il ferait travailler « sur demande » son graphiste (faire tel ou tel élément précis du design)

  • Julien > Et si à terme l’intégrateur et le graphiste ne faisait plus qu’un pour une vraie définition de web designer ? Ca va être dur, mais je pense comme tu le dis qu’avec les CSS3 et ce qui va suivre, on risque d’arriver à cet état de fait ! 😛

  • Je suis 100% d’accord avec cet article.

  • Bof. Chacun son métier. Si un web-designer connait aussi toutes les ficelles de la sémantique HTML, des CSS et sait comment contourner les bugs rencontrés sur les différentes plateformes et/ou browsers, je dis chapeau 🙂

    En sortant ce genre de « killer statement », on se retrouve avec des web-designers qui se sentent obligés de savoir « coder » et produisent au final un code moyen (aka « soupe de divs »), une CSS bancale, le tout non adapté à la couche JS et/ou PHP qu’il va encore falloir ajouter.

    J’ai une formation de graphiste mais je me suis vite orienté vers le développement front-end et back-end. Je peux vous dire que pour exceller dans un domaine il faut en sacrifier un autre. Je suis encore capable de faire du design pur, mais je vais le faire moins rapidement que mon alter-ego qui ferait essentiellement du design sans connaitre (du tout ou un peu) HTML et CSS.

    @Julien: un webdesigner va fournir un PSD étudié pour faciliter le boulot de découpe et s’assurer que sa maquette est « cohérente » si on devait lui appliquer une feuille de style: marges et padding constants, interlignage, plalette, etc. Quand déjà on obtient un PSD nickel prêt à découper sans se perdre dans 3 millions de calques non groupés et qu’on se rend compte que toutes les marges sont « logiques », je dis déjà « ouah! » et croyez moi, c’est déjà rare d’obtenir ça et je suis content de l’avoir. On ne demande pas non plus au graphiste de se mettre aux commandes de l’offset, il ne faut pas tout confondre !

  • Thibaut > Je ne dis pas que le graphiste doive forcément coder, mais qu’il sache de quoi on parle quand on cause HTML et CSS ! Qu’il connaisse les bases quoi ! 😉

  • Francis, je réagissais de façon globale au débat 😉 Ca vaut un peu de soi, mais ceci dit, même sans aucune connaissance, il suffit souvent d’un bon dialogue entre le graphiste et le front-end developer au moment de la gestation pour que ça se passe très bien. Le tout est que le graphiste est une bonne touche « web », et forcément ce qu’il va produire sera exploitable.

  • Hello, pour moi les métiers de graphiste et de web designer sont bien différents.
    Le regard sur les créas’ sont déjà différents car les process ne sont pas les mêmes suivant les supports.
    Le web designer sera donc adapté (enfin normalement) aux problématiques du web.
    En d’autres termes, il se doit de savoir ce que sa maquette va donner sur le web (même si il ne sait pas la coder).
    En ce qui concerne le code, il me semble que dans certaines agences, on demandera bientôt d’être tout en un. On peut voir par exemple que dans des agences comme Full6, on a créé des pôles développement front donc à mon avis on demandera au web designer de savoir coder (ou du moins avoir la connaissance) du html, du css voir même du js… car le front prend de plus en plus d’importance du fait du développement de ces technos (html5, css3, flash…).
    A mon avis, aujourd’hui, le web designer rentre dans une chaine de valeur qui va de la conception à la création jusqu’à la mise en place de sa maquette sur le web (tout ceci avec la passion du web bien entendu).
    Ce n’est que mon avis…

  • « Le tout est que le graphiste est une bonne touche “web” » > Tout à fait d’accord, c’est le minimum nécessaire !

  • Antoine

    Bonjour Francis,

    A mon sens il est nécessaire qu’un web designer puisse intégrer son design, un bon design est fonctionnel (entre autre chose) et donc obéi à des specifications technique, un web designer devrait tirer profit de ces spécifications car il connait les technologies à sa disposition, il peut donc créer en gardant à l’esprit que le media visé est internet.
    Un web designer va tirer profit du code, pour le graphiste normal le code va être une limite à sa création.

    Le design ne se limite pas à l’aspect graphique — http://www.vitsoe.com/en/gb/ab.....gooddesign — on ne peut pas prendre en compte tous les aspect du design sans s’intéresser au html/css – Javascript et mettre de tps en tps les mains dans le php ( perso je suis une quiche en php mais je gère le copier coller pour créer des thèmes dans wordpress XD ).

    Mais après avoir dis tous ca, je code pas au bureau je fais que de la maquette, mais cela ne m’empêche pas de coder le week-end. En effet plus on avance, plus le web devient un monde de spécialiste.

    Le web designer n’est en aucun cas un “simple” graphiste —-> http://anthonyshort.com.au/wor.....-the-door/

    Merci pour ton travail sur ce blog la lecture y est toujours agréable.

    Cordialement,

    Antoine.

  • Fred > Et bien je suis tout à fait d’accord avec toi, mais alors, à 200% !! 😉

  • Canon

    Oui, je partage ton avis. Et la frontiere est là: maquette dynamique.
    Pour ma part, je différencie les graphistes/designers, des web designers. Bon, on est bien d’accord que le minimum du webdesign sur le net consiste à connaitre css/xhtml. Et un poil de Jquery, ça fait un plus pro, dans ce domaine aussi…

  • A mon avis, connaitre HMTL/CSS est un vrai plus. Même avec un niveau de débutant, avoir codé quelques design permet de voir ce qui est ou non possible de faire.

    J’ai d’ailleurs rencontré ce problème en projet cette année. Nous étions 2 graphiste à travailler sur le design d’un site web, et j’étais chargé en plus de l’intégration.
    Le client n’a pas choisis mon design, sauf que l’autre design n’était pas fait pour le web, des effets, de la transparence partout. Le site en lui même pouvait être codé mais le temps de chargement aurait été considérable.

    C’est pourquoi même dans une grosse boîte où le webdesigner est cantonné au graphisme, il faut qu’il puisse proposer et fournir quelque chose de réalisable.

  • Je suis du même avis, un web designer doit connaitre au moins les bases du HTML et le CSS vu que ces maquettes sont justement destiné à être intégré et puis cela ne ferait pas de mal qu’un web designer connaisse de HTML et le CSS c’est toujours un plus pour lui, passer des heures à intégrer un design et qu’au final on est obligé de changer certaine partie de la maquette originale c’est du temps perdu et dans une entreprise c’est de l’argent.

  • pour moi, tu réponds à ta question : ça dépend.
    Ca dépend de l’entourage. Si tu as autour de toi des intégrateur css qui de toutes façons reprendront ton travail, il n’est sûrement pas nécessaire de s’y connaitre en css et html.
    Si tu es seul (je suis comme toi, je trouve ça bien plus intéressant), tu dois t’y connaître pour proposer le produit fini (javascript est un plus et est de plus en plus discutable compte tenu de l’évolution avec CSS3).
    Mon avis est que tu ne peux te prétendre webdesigner si tu as besoin de quelqu’un pour que ton design soit sur le web (on rejoint la problématique de la définition); si tu as besoin d’un intégrateur css, alors tu es graphiste tout court, même si ton produit fini est du jpg en 72dpi.

  • Arrêtons d’épiloguer. Je vous conseille de lire la réponse très sage de Mark Boulton à ce sujet: http://www.markboulton.co.uk/j.....iting-html

  • visiteur freelance

    tout d’abord, désolée pour le passage en anonyme.

    ce débat est fort intéressant.
    Je crois aussi qu’il est important de toucher au 2 aspects du métier.
    mais comment y accède t’on ?
    ok, je suis webdesigner freelance.
    avec un gros handicap de logique de pensée d’artiste.
    la logique de développeur m’intéresse.
    mais c’est loin d’être innée.
    je perds trop de temps à me former pour que ce soit rentable.

    comment faire pour se former sans y passer trop de temps ?

    merci

  • Thibaut > c’est pas une question d’epiloguer, chacun donne son avis ! 😉 et concernant l’avis de Mark Boulton que je donne dans l’article, il y a du pour mais il y a aussi du contre, je ne suis pas convaincu par certains parallèles qu’il fait avec d’autres professions… D’ailleurs lui aussi reste convaincu qu’il est préférable de connaitre HTML et CSS, il passe son temps a le redire dans les commentaires ! 😀 Mais c’est vrai que son point de vue est assez sage et est celui de quelqu’un qui a surtout travaillé dans une grande structure pendant plus de dix ans…

  • Justement, parlons-en de l’expérience: ca fait 12 ans que je travaille dans des grosses, moyennes ou petites structures.
    Les meilleurs web-designers que j’ai croisé ne connaissaient pas HTML et CSS. Ca ne les empèche pas de savoir ce qu’on peut faire ou pas dans un design, question d’immersion.

    Qui a dit qu’il fallait connaitre le fonctionnement d’un moulinet pour trouver les bons coins de pèche ?

    Certains voulaient apprendre, d’autres n’avaient ni l’esprit logique ou le temps de le faire, ça ne le retirait pourtant aucun talent.

    J’ai même donné des formations sémantique HTML et CSS à des graphistes : là aussi c’est mitigé, ça passe ou ça casse, et pourtant ceux chez qui ça casse ne sont pas forcément les plus mauvais !

    J’ai vu aussi passer un commentaire qui disait « c’était impossible à intégrer, il y avait de la transparence partout » Oui et ? Il est tout à fait possible de jouer avec de la transparence (même partout) en HTML/CSS. Et c’est là que ça devient dangereux de vouloir tout savoir faire : on le fait souvent à moitié et on se bride avec des idées préconçues ou vieillissantes par manque de temps. On ne peut pas trouver de l’inspiration en se changeant les idées tout en étant au courant des dernièrs support CSS par browser et/ou comment y arriver quand même avec les dinosaures ou proposer une version dégradée acceptable.

    Et puis un web-designer genial qui fait aussi de l’HTML et du CSS géniaux, oui, ça existe, mais cherchez pas, il est déjà débordé 🙂

  • Thibaut > T’aurais dû venir au Paris Web en octobre parce qu’il se disait exactement l’inverse que ce que tu dis… Non pas que je dise que tu dis des conneries, loin de moi cette prétention ! 😉 Mais il semblait que la plupart des intégrateurs avaient leurs lots de soucis avec les graphistes. Et il leur était fortement reproché leur manque de connaissances en HTML et CSS…

    Maintenant ton point de vue est intéressant parce qu’il montre clairement que ce n’est pas le cas pour tout le monde ! 😉

  • Je peux comprendre que certains aient des problèmes mais ils ne peuvent s’en vouloir qu’à eux-mêmes : il faut communiquer et suivre le projet en cours de réalisation si on n’est pas sûr que le graphiste est tout à fait à l’aise en web-design. Car oui, c’est une malheureuse vérité : beaucoup de graphistes print s’auto-proclament web-designers.

  • Je suis entièrement d’accord et je t’avouerais que certains des propos qui étaient tenus me choquaient un peu… Tout semblait être de la faute du graphiste… C’est un peu pour ça que j’aimerais faire une présentation cette année pour montrer comment évolue le métier de webdesigner parce qu’on a pas bcp parlé de CSS3 mais ça risque de venir quelque peu bouleverser la donne…

  • Je ne savais même pas que ça existait des webdesigners qui ne connaissent pas le HTML et les CSS. A mon sens un webdesigner ne maîtrisant pas ces outils est plus un graphiste. Un webdesigner doit pouvoir maîtriser le graphisme et l’intégration

  • C’est marrant parce que c’est là qu’on se rend compte que ce métier a un périmètre et une définition différente chez beaucoup d’entre nous. Ceci est peut-être dû au fait que le métier est différent selon qu’on travaille en freelance ou en agence, petite et grosse… Et Florian, ta remarque est exactement celle que je me faisais en 2006 quand j’ai commencé ! 😉

  • Bonsoir Francis,

    Beaucoup de réactions sur un sujet qui créer toujours autant de polémique. C’est vrai que la terminologie de « webdesigner » est vague et souvent mal employé. Je suis plus convaincu par le fait que le design et l’intégration sont deux métiers bien distinct mais qui doivent collaborer tout le long d’un projet. Car si on attend qu’un « webdesigner » connaisse le HTML et la CSS on pourrait demander au chef de projet de connaitre le PHP ou à un développer de comprendre l’aspect marketing d’un projet.
    Le web offre un panel de métier qui doivent offrir leur spécificité mais qui doivent aussi savoir communiqué. Au final, c’est bien cette communication qui fait un projet réussi.

  • xavier > « le design et l’intégration sont deux métiers bien distinct » Je vois ce que tu veux dire mais pour moi c’est justement l’inverse. Ce sont deux choses complètement inter reliées. Le designer devrait avancer dans son travail tout en étant chapoté par l’intégrateur qui valide si c’est faisable ou pas et comment… et surtout pas au dernier moment quand la maquette est terminée… Et l’intégrateur devrait être suivi par le designer pour bien valider que le design est mis en place comme il faut… Et donc, pour moi, le fait qu’ils soient distincts c’est justement ce qui fait qu’aujourd’hui les deux cohabitent très mal !! 😛

    Autre point sur la distinction entre les deux. Personnellement, je ne fais plus un seul design sans penser à son intégration, aux marges, aux éléments typographiques, aux images qui pèsent lourds et qu’il faut limiter, à ce que nous permet maintenant CSS3, etc… Et donc, rien que pour tout ça, je trouve que les deux sont très liés. Et sincèrement, je suis convaincu qu’on va se retrouver avec un dilemne à faire dans quelques mois, quand tout le monde va se rendre compte de l’importance de CSS3 dans le design, quand de plus en plus de designers vont faire des maquettes directement dans le navigateur ( on est déjà quelques uns à l’expérimenter )…

  • Ma vision est que :
    Si je me dit développeur c’est clair je suis coté « code » (et ergonomie…)
    Si je me dit intégrateur j’y ajoute l’ergonomie, l’accesibilité etc…
    Si je suis graphite, je me place coté ‘visuel »
    Mais si quelqu’un ce dit « webdesigner » alors il doit connaître (pas forcément être un expert) dans tous ces domaines, y compris le code HTML/CSS sans forcément les maîtriser à 100%.

  • Vaste débat aussi sujet au troll que mac ou pc ^^

    Il me semble que Pixenjoy a donné une conférence à LE WEB 2009 qui traitait de ça.

    Pour ma part je pense qu’il est indispensable de connaître le support qui va servir de toile à la production graphique, et ça qu’on soit dans le web ou dans le print.

    Je connais les deux univers et bien que plus haut on dise qu’on demande pas à un graphiste de piloter l’offset, ben qu’on essaie d’imprimer une super créa avec moult dégradé, aplat de couleur et superposition sur un papier qui à une saturation d’encrage faible (genre papier journal) ça va être génial du grand art.

    Pour le web je suis convaincu que ça exactement pareil, oui on demande pas à un webdesigner d’être un dieu de l’intégration, mais avoir de solides notions et connaitre les limites du support me semble indispensable.
    Je ne fais plus un seul design sans me projeter sur l’intégration, même si c’est pas moi qui la fait. J’ordonne mes calques, je pense global pour les styles, je pense aux espacements (margin padding) ect …

    Je suis Freelance et je suis vraiment surpris parfois par les psd que me livre certaines agences dites web … du grand portnawak et quand le devis tombe, le chargé de projet fait une attaque à chaque fois.

    Enfin tout ça pour dire que comme le peintre qui ne peut faire abstraction de la texture de sa toile, le webdesigner ne peut se soustraire aux impératifs du web.

    Après chacun fait comme il veut, mais faudra pas se plaindre que la DA est bousillée à l’inté.

  • anna

    En tant que graphiste, et malgré une initiation au web et au HTML à l’école, je dois avouer que j’ai énormément de mal à m’intéresser au code (c’est un peu comme demander à un historien de se pencher sur le calcul stochastique—pas très productif).
    Du coup je m’en tiens au print la plupart du temps.
    Malgré ça, quand nous devons travailler sur une identité complète (logo, papeterie, affiche, etc.), je finis quand même par faire la maquette du site moi-même. En essayant de communiquer au mieux avec le développeur histoire d’éviter l’arrachage de cheveux.
    Au final, je trouve que le résultat est satisfaisant.

    Peut-être que dans l’idéal quelqu’un qui fait une maquette de site devrait toujours savoir coder, mais un problème tout aussi grave, et au moins aussi répandu, ce sont les web designers qui sont de (très) mauvais graphistes.
    Où est l’article « web designers who can’t design » ?

    Ceci étant dit, je dirais que quelqu’un qui se dit web designer et qui n’y connait rien en HTML devrait enlever le « web » devant le « designer »…

    Est-ce que la bonne solution, en attendant que la situation et les formations évoluent, et que les « vrais » web designers soient plus nombreux, ce n’est pas une équipe graphiste/développeur, qui travaillent en étroite collaboration (je rejoins le commentaire précédent de Xavier) ?

    PS méchant et gratuit : et quand Elliot Jay Stocks dit « It’s easy. » d’apprendre les CSS (http://elliotjaystocks.com/blo.....cant-code/), je me dit qu’il a aussi certainement cru que c’était facile de faire du graphisme et il suffit de regarder son logo pour savoir que, non, c’est pas si facile que ça.

  • Olivier > Giles avait effectivement abordé le sujet en essayant de trouver comment l’integrateur et le webdesigner pourraient mieux travailler ensemble… Cela dit lorsqu’il a évoqué la possibilité que le Designer pourrait éventuellement fournir une feuille CSS c’était la bronca dans les rangs de la salle ! 😛

    Je crois aussi que parfois il serait bien aussi qu’un integrateur se mette aussi dans la tête qu’un Designer peut aussi fournir un bon code qui n’a passe divinite ! 😉 hihi

    Anna > effectivement on pourrait eglement parler des web designers qui ne savent pas Designer… Cela dit le web design ne se résume pas a un côté pur graphisme et création de logo ! 😉 Et prendre EJS comme cible n’est pas tes juste non plus. C’est un très bon web designer qui a su implémenter des fonctions CSS3 avant tout le monde, qui a proposé des designs innovants et toujours précurseurs. Aujourd’hui, il fait partie de ceux qui influencent (dans une commune mesure) le web design… Mais peut-être ai-je mal interpreté tes propos ! 😉

  • Ce débat est du même type que celui entre les religieux du PC et les religieux du Mac. Je dirige une agence de design graphique depuis 27 ans et je partage le point de vue du patron de Apple, la technique doit s’adapter à l’humain créateur et pas l’inverse. Défendons le créateur !!!

  • Ag

    Cette question devient un vrai problème, il est évident qu’en tant que web designer on doit avoir un minimum de notions voire une bonne connaissance des divers langages de programmation, bon gré mal gré… Cependant je redoute le pire quant au CSS3, si les changements sont du même acabit que ceux qui ont « révolutionné » l’AS3 pour flash, le labeur risque d’être long.
    Je suis graphiste indépendante donc forcément obligée de mettre les mains dans le « cambouis ». Au fur et à mesure de l’évolution des outils et des concepts j’essaie de mettre à jour mes connaissances et ma pratique. Mais force est de constater que je passe beaucoup plus de temps à éplucher, tester, débugger qu’à me faire réellement plaisir sur de la création pure. Pour en revenir à l’AS3, j’ai vraiment eu le sentiment d’être une poule avec une fourchette ne serait-ce que pour faire fonctionner un bouton… J’exagère à peine, mais on se retrouve de plus en plus dans une inflation du code au détriment des non codeurs, dont je me sens beaucoup plus proche.

  • Oula, ne mélangeons pas tout. AS3 est à Flash ce que Javascript est à l’HTML, rien à voir avec CSS.

  • Même si mon message précédent pouvait faire supposer le contraire, je suis d’accord avec patrice et ag sur le fond.

    Le métier se spécialise et le parallèle avec Flash me semble pertinent. Moi même, j’essaie de repositionner mon activité sur de la conception et du design pur.

    Force est de constater qu’on ne peut pas tout faire. Le temps passé à tester, débugger, se tenir à informer des dernières version des navigateurs, est autant de temps perdu sur le travail de créatif.

    Dans l’avenir j’essaierai autant que je peux de sous traiter la partie intégration, pour ne m’occuper que de la création.

    Évidemment encore faut il avoir les projets qui le permette et en Freelance c’est pas gagné.

  • Pascal

    Je pense qu’il y faudrait revenir sur les définitions de chaque poste.
    Wikipédia donne cette définition de Web design :
    « Le web design désigne la conception de l’interface web : l’architecture interactionnelle, l’organisation des pages, l’arborescence et la navigation d’un site web. Il s’agit d’une phase essentielle dans la conception d’un tel site. La conception d’un design web tient compte des contraintes spécifiques du support Internet en termes d’ergonomie, d’utilisabilité et d’accessibilité.

    En francophonie, le terme web design est souvent utilisé à contre-sens de son acception anglaise et confondu avec la seule création graphique. Or ce qui le définit n’est pas tant l’expression visuelle et/ou artistique que la formalisation de l’interaction dans la page-écran.

    Le web design réclame donc des compétences variées : en développement front-office, en ergonomie et en interactivité, ainsi qu’une bonne connaissance des contraintes techniques liées à ce domaine : respect des recommandations W3C, accessibilité, portabilité.

    La conception d’un site se présente sous forme de maquette fonctionnelle et de spécifications techniques. Celles-ci sont ensuite transformées, avec la maquette graphique, en lignes de code et images afin de s’afficher dans un navigateur web. »

    Un « web designer » serait donc ce lui qui conçoit une interface web. Pourquoi dans ce cas ne pas parler d’infographiste, je trouve le terme moins flou.

  • « En francophonie, le terme web design est souvent utilisé à contre-sens de son acception anglaise et confondu avec la seule création graphique » -> alleluia !!!! Depuis le temps que je le dis, je trouve enfin quelqu’un qui pense comme moi !!! 😀

    De plus, Pascal, je trouve ta définition de ce métier très juste, c’est pour ça que je disais à Anna plus haut que le web design ne se résume pas au coté graphique de la chose…

    Sinon, certains parlent de temps perdu sur le debuggage et c’est vrai que c’est souvent largement plus de temps qu’on voudrait y consacrer… Cela dit ne prenons pas CSS3 comme une complication supplémentaire, alors que c’est plutôt l’inverse. Et plus que d’apprendre CSS et HTML par obligation, essayons de voir ce que leur connaissance peut nous apporter dans le quotidien, je vous jure que ça ne tue pas le processus créatif ! 😉

  • Je pense qu’il y a un amalgame complet là!
    infographiste, Graphiste, graphiste web, intégrateur….

    Pascal à carrément répondu à la problématique avec cette définition :
    « Je pense qu’il y faudrait revenir sur les définitions de chaque poste.
    Wikipédia donne cette définition de Web design :
    ”Le web design désigne la conception de l’interface web : l’architecture interactionnelle, l’organisation des pages, l’arborescence et la navigation d’un site web. Il s’agit d’une phase essentielle dans la conception d’un tel site. La conception d’un design web tient compte des contraintes spécifiques du support Internet en termes d’ergonomie, d’utilisabilité et d’accessibilité. »

    La barrière entre tous ces petits noms est minime aujourd’hui car l’outil informatique est au centre…

    Ouais pourquoi ne pas parler d’infographie? ou d’infographiste?
    L’infographiste est un graphiste qui utilise l’outil informatique ou le support informatique en station de travail pour de la communication visuel! Pour avoir une explication détaillé : http://www.infographiste.fr/in.....histe.html

    Ça veut pas dire qu’un infographiste peut pas maquetter un webdesign mais ca veut pas dire que ça suivra niveau intégration!

    Car ouais il y a 2 choses à notes!
    tout d’abord ont demande à tous les gens qui exercent ces métiers d’être « pluridisciplinaire » et ensuite il y a des compétences transversales qui font qu’on peut « s’adapter » selon les demandes…

    C’est là que ça devient du n’importe quoi et que on utilise un titre au lieu d’un autre!

    Un webdesigner travail pour le web et pas pour d’autre support! Un webdesigner s’adapte au contrainte technique et se tiens au courant des avancés et nouveauté qu’offrent le web. Et c’est difficile de se tenir informer sans connaitre les bases! C’est en se sens que le WEBDESIGNER peut proposer des maquettes web! Je parle pas du tout de la réalisation graphique, du beau ou pas! toute façon on est créatif ou on l’est pas! Et le gout et les couleurs… on connait la chanson!

    Alors ouais comme dit plus haut on peut s’adapter en fonction des autres, se dire non mais c’est bon on va parler je vais t’expliquer pourquoi j’ai fait ça etc etc! Et si tout était clair dès le départ et que le webesigner se souciait des contraintes liées au web comme le graphiste se soucie des contraintes liés à l’impression!

    Vous imaginez un « graphiste/print »! D’ailleurs c’est du n’importe quoi cette précision! un graphiste bosse pour le print! Un graphiste qui n’a pas envie de voir imprimer ces réalisations ça doit pas courir les rues… donc je disais un graphiste tout court donc qui en rien à foutre des histoires de CMJN… Aller je m’en tape c’est pas mon job! Mon job à moi c’est de créer une jolie affiche pour une campagne de pub! L’imprimeur il se démerde avec mon fichier! Au pire on va discuter et il va comprendre ce que j’ai voulu faire…

    Je peux transposer ça à l’architecte qui fait ses plans à l’arrache sans se soucier des « cotes » et qui laisse le chef de chantier se démerder sur le terrain…

    Donc ouais faut Bastien : « Ceci dit, je ne pense pas qu’un designer doit absolument savoir le HTML/CSS. En revanche, il est plus que clair qu’il doivent avoir des notions, pour connaître les “contraintes” que lui impose le web. »
    C’est pas une question d’absolue mais de notion nécessaire et essentiel!

    @Thibaut Allender : »un webdesigner va fournir un PSD étudié pour faciliter le boulot de découpe et s’assurer que sa maquette est “cohérente” si on devait lui appliquer une feuille de style: marges et padding constants, interlignage, plalette, etc. »

    Un psd étudié c’est pas justement un psd qui prend en compte tout ce que tu viens de citer ensuite? et pas seulement un groupement de calque!!! Se spécialiser c’est sacrifier d’autre truc ok mais ca veut pas dire oublier et laisser tomber! Là encore c’est pas question d’exécution!

    Je vais juste conclure car ça commence à faire long ce que j’écris!
    Dans les agences où les rôles sont bien défini! C’est la production qui importe! Faut que ça soit bien fait et rapidement! Donc oui on dissocie le corps du métier et on discute! Ce qui n’est pas une aberration en soit!

    Mais tu peux pas te dire webdesigner si tu ne correspond pas à la définition cité en début de commentaire.

    Donc à la question : le webdesigner doit il savoir coder? LA réponse est le webdesigner doit être capable d’intégrer son propre design en souciant des contraintes liés au web et proposer une maquette qui réponds à ces contraintes au niveau interfaçage pour la personne qui intégrera sa maquette!

    Et l’intégration c’est pas le rôle du webdevelopeur non plus mais là c’est un autre débat 😉

  • Il est clair qu’un webdesigner n’a pas besoin de connaître les bases de l’intégration (xhtml/css) pour faire un design qui puisse être accessible et utilisable en plus d’être jolie (parce que le côté pratique est tout de même un atout avantageux devant le « beau »).

    Le truc c’est que le webdesign en question doit tout de même avoir des notions des métiers qui passent derrière lui… c’est bien beau de faire un design mais si derrière en intégration il y a des trucs impossible a gérer c’est la cata… (et j’ai pas mal d’anecdotes concernant l’intégration de webdesign devant être compatible avec IE6 alors que c’était limite impossible :S)

    Donc pas besoin d’apprendre le code mais simplement avoir des notions des métiers qui arrive après l’infographie et surtout beaucoup de discussions avec la personne qui reprend votre taff (ici l’intégrateur). Lui seul pourra tracé la route du webdesign en lui spécifiant ce qui est faisable ou non, ce qui est mieux de faire ou non… de même quand l’intégrateur taff il bosse avec un développeur… chaque métier doit faire en sorte de facilité la tâche du métier qui suit… c’est sans doute compliquer mais c’est en tout cas comme ca que je fonctionne et sur le projet sur lequel je suis c’est très bénéfique.

  • Jimmy @Taiwan

    j’ai travaillé en agences web au début des années 2000 et à cette époque les équipes étaient faites ainsi : 1 graphiste, 1 intégrateur html et des développeurs, maintenant pour des raisons de coût j’ai l’impression que le travail d’intégration est souvent donné aux développeurs, qui doivent donc connaître en plus du php/java/asp/ruby/… css et html pour finaliser le site ce qui bien sûr n’est pas impossible mais cela demande beaucoup de temps à se documenter sur les nouveautés css et xhtml, en plus de tout ce qui concerne la programmation, au final le développeur devient très polyvalent. mais il y a aussi certainement des graphistes qui sont capable d’intégrer leur design et de coder en php, tout est possible, heureusement ! perso en tant que développeur web indépendant j’intègre souvent les designs provenant des graphistes, j’ai rarement eu la chance de travailler avec un graphiste pouvant me donner un fichier xhtml et la css à partir de son design brut… mais je ne désespère pas !

  • Et bien moi je travail dans une agence où les graphistes ne sont pas capables d’intégrer et les développeurs non plus… je suis donc seul à intégrer par contre je peux très bien m’occuper d’éléments graphiques puisque je suis à la base webdesigner.

    Je pense que cela dépend des entreprises et des personnes, il faut de la motivation à un graphiste pour ce lancer dans l’intégration… mais je trouve ca tellement kiffant de s’occuper soit même de l’intégration de son design 😀

  • @Jimmy @Taiwan on bosse ensemble? tu verras ce que c’est 🙂

  • Red-Rabbit

    Ben un web designer qui ne connait pas un minimum les bases en css et en html, c’est un graphiste et rien d’autre. Si tu mets pas les mains dans le cambouis …

    Ha bon ! un webdesigner c est le ipad du web ? Le truc qui sert à rien

  • Cela fait maintenant 10 ans, c’est l’âge de entreprise où je travaille, que nous sommes assez perplexes au moment d’inscrire une fonction sur un bulletin de salaire ou sur une carte de visite.
    Ici personne ne veut se faire appeler « web quelque chose ». Ils et elles ont tous l’impression qu’avec un bac plus trois et quelques années d’expériences, ils méritent mieux. Au passage u titre de webdesigner ou autre webmarketeur, c’est 5 semaine de stage niveau bac …
    Coté conventions collectives, nous dépendons de la convention des bureaux d’études techniques.
    coté boulot, Mike Gyver, c’est un héros de série TV, mais dans la vrai vie, ont peut pas à la fois s’éclater sous php et avoir un vrai talent d’artiste. Ce n’est pas compatible, ou alors c’est hyper rare.
    Notre but c’est d’intégrer des personnes qui n’ont pas peur de voir leur savoir faire remis en cause tous les deux ans, qui n’ont pas peur de devoir partager un peu de leur savoir faire et qui surtout savent se mettre autour d’une table et accepter un mode de fonctionnement intellectuel parfois très différent.
    Ce débat est vraiment intéressant, une fois que nous aurons réussi à mieux définir nos différents métiers, nous peut être une meilleure visibilité des la part de nos interlocuteurs.
    Bon we en tous cas

  • Bonjour,
    Bonne question. Pour ma part, j’ai fait une conférence au Web design Festival en 2006 ou 2007 où je prévoyais les choses suivantes :

    – une séparation en 2010 des métiers d’intégrateur et de webdesigner.
    – La nécessité vitale pour le webdesigner de connaître les technologies d’intégration, les bonnes pratiques ergonomiques et techniques, et savoir anticiper la dégradation de ses designs.

    Mes slides sont téléchargeables ici :
    http://blog.temesis.com/post/2.....conference

    Nous avons à faire à deux métiers totalement différents, dont la nature différe de façon fondamentale :

    – Un métier de communication, à sensibilité artistique et ergonomique
    – Un métier informatique, nécessitant une très forte compétence technique, et une vraie sensibilité technique.

    Les personnes qui savent faire les deux sont des moutons à cinq pattes, j’ai du en rencontrer cinq ou six en 10 ans de métier. Tous les autres sont moyens sur au moins un des deux sujets.
    Dans les phases d’industrialisation qui arrive, je parie tout ce que vous voulez que les métiers vont être de plus en plus imbriqués, avec des responsabilités de mieux en mieux définies.

    Autrement dit, et de manière plus brutale, je pense qu’d’Elliot se trompe lourdement 😉

  • Élie > donc pour vous les deux métiers vont trouver leur place séparément prochainement c’est ça ? Et que pensez-vous de l’arrivée de CSS3 qui imbrique tout de même une couche de design dans l’intégration et de ces web designers qui sont de plus en plus nombreux à faire des maquettes directement dans leur navigateur ? Je ne dis pas que votre vision n’est pas la bonne, elle est très intéressante mais que pensez alors de toutes ces initiatives qui vont tout de même à l’opposé…

    Sinon c’est marrant cette séparation fondamentale du métier de web Designer et intégrateur. Ça me rappelle quand j’avais un test avec toute une classe d’ingenieurs pour connaitre notre cortical de « prédilection »… Et ce truc devient bien fonctionner parce qu’on était 2 à être full cortical droit ( créativité et émotions ) contre tout le reste de la classe à fond cortical gauche ( organisation et technique )… Ce jour-la je me suis demandé ce que je faisais là ! 😀

    Cela dit, CSS et HTML c’est pas non plus ne serait-ce que PHP… Personnellement j’adore faire du markup, apprendre constamment et surtout implémenter tout ça dans mes designs ! Maintenant, est-ce qu’on est nombreux dans ce cas-là, je ne sais pas… Par contre, aimer implémenter ne veut pas dire être doué ! 😛

Success, your comment is awaiting moderation.