Francis Chouquet Graphiste Lettering

Back from FOWD London !

0

Ca fait un moment que je n’ai pas écrit un article sur le blog. Pas mal de choses se sont enchaînées et comme le temps passe très vite, ce n’est que maintenant que je n’ai le temps de prendre « la plume et le papier » pour écrire quelques mots. Et l’occasion est de vous raconter un peu mon voyage à Londres pour assister à la grand messe internationale du webdesign au FOWD, pour Future Of Web Design.

Kezako le FOWD ?

Le FOWD est donc une grande conférence où interviennent les plus grands web designers ou développeurs du monde anglosaxon. Et quand on sait que ce sont pour la plupart les plus influents et ceux qui font la pluie et le beau temps sur le webdesign, il y a de quoi se réjouir. Le concept se déroule sur deux journées, la première consiste en une journée classique de conférence, avec toute une série d’intervenants et la deuxième en des workshops, donc en groupe réduit ( 10/20 personnes ) qui assistent à une sorte de cours particulier sur un sujet particulier.

Première journée: les conférences

Je ne vais pas passer en revue toutes les présentations de la première journée mais plutôt vous raconter un peu ce qui m’a le plus marqué. Et à ce niveau-là, il y a plusieurs choses.

Tout d’abord, j’ai appris pas mal de choses sur le mobile webdesign, grâce à Meagan Fisher de Simplebits ( voyez déjà la référence… ). L’iPhone semble avoir été un véritable moteur pour amener les designers à développer pour les mobiles. Quoi qu’il en soit, il y a encore beaucoup à faire et encore trop peu de sites proposent une vraie version « mobile » de leur site.

Ensuite, on a parlé accessibilité, et là, j’ai pris une grosse claque. L’intervenant, non voyant, ou aveugle, comme vous voudrez, nous a montré les limites de l’accessibilité. Il est passé par une dizaine d’exemples différents, notamment avec Gmail, YouTube et j’en passe. Il utilise un synthétiseur vocal pour pouvoir parcourir les pages web et il faut bien avouer que même les plus grands sites web ne sont pas au top de ce côté-là…

Ensuite, la claque a continué avec Mike Kus, un virtuose du graphisme, qui bosse pour Carsonified, la boîte qui organise le FOWD. Lui, son combat, c’est faire en sorte que les webdesigners s’éloignent quelque peu de la sphère développement pour s’approcher un peu plus du « print ». Et tout ça pour faire passer le message que si chaque webdesigner pensait son site comme pour le print, alors les sites web seraient plus sympas !! ^^ Je caricature quelque peu mais je crois qu’au fond de lui c’est le véritable message qu’il veut faire passer… Voyez un peu les slides qu’il nous a pondu…

Et encore, à la fin de sa présentation, il nous a montré une vidéo de 3 minutes montrant la production de ses slides sur Photoshop, de quoi en faire palir plus d’un !! 😀 Matez donc ça:

Ensuite, après une pause, on a eu le droit à un speech de Mr Mark Boulton. Je dis Monsieur, parce que pour moi c’est un très grand et très bon. Il a une vision du métier que je trouve très pertinente, basée autour du graphisme. Sa présentation tournait autour de la typographie et du fait que pendant trop longtemps, on l’a ignoré au profit des images par exemple. Selon lui, aujourd’hui les choses changent et pas mal de designers semblent prendre la typographie comme un élément central d’un site web. Il en a profité pour prendre différents exemples de polices en expliquant celles qui sont adaptées au web et celles qui ne le sont pas. Par exemple, saviez-vous que Times New Roman était une police crées au départ pour être imprimées sur du papier de mauvaise qualité ou l’encre aurait tendance à s’étaler ? C’est pour ça que les « jambes » des lettres sont très fines et que donc elle n’est pas adaptée au web…

Ensuite, tout au long de la journée, on a alterné entre bonnes et moins bonnes présentations… jusqu’à celle de Molly Holschlag, la grande prêtresse des standards web ! 😉 Elle repris en quelques slides où en était les pratiques en termes de technologies ( CSS 2.1, CSS3, Javascript, etc… ) pour nous emmener sur les chemins à venir des standards du web. Même si je n’y ai pas appris grand chose, Molly a l’air tellement passionné par ce qu’elle fait, qu’on est vraiment à son écoute et qu’au final on est convaincu par son discours. Nul doute qu’au niveau des standards, les choses évoluent dans le bon sens. Elle a fait un petit apparté sur les navigateurs en tapant une nouvelle fois sur Internet Explorer 6, tout en soulignant que la solution n’était pas de ne plus le prendre en compte, et que pendant encore quelques années, il faudrait faire avec… 🙁

La journée s’est terminée dans un bar « disco » de Picadilly Circus où, Bastien Labelle et moi avons pu faire la connaissance de notre père à tous !! ^^

Deuxième journée: les workshops

Cette journée est articulée en deux demi journées, avec donc, 2 workshops, un le matin et un l’après midi. Une dizaine de ces workshops vous sont proposés au moment de l’inscription et en ce qui me concerne, j’ai choisi celui sur ExpressionEngine et celui sur la création d’un portfolio par Elliot Jay Stocks.

Building Beautiful Websites with ExpressionEngine, par Jamie Pittock

Voici la fiche descriptive du workshop sur ExpressionEngine:

Workshop FOWD sur ExpressionEngine

Workshop FOWD sur ExpressionEngine

Pour ceux qui ne connaissent pas ExpressionEngine, sachez que c’est un des CMS les plus en vue en ce moment. Très peu connu en France, allez savoir pourquoi… Il connaît un grand succès en Grande Bretagne mais aussi aux US et dans quelques pays européens pour qui l’anglais n’est pas un obstacle !! 😀 , du style Pays-Bas, Belgique ou encore Allemagne…

Je voulais assister à ce workshop car je m’intéresse beaucoup à EE et pour l’avoir utilisé quelques temps, je voulais en savoir un peu plus sur comment créer un thème. Ca me permettait de faire la comparaison avec WordPress. Malheureusement, le niveau était trop élevé pour moi. Le gars qui faisait le workshop est vite tombé dans la facilité et devant l’expertise de certaines personnes, a préféré faire un workshop pour que ce soit intéressant pour eux… Du coup, j’ai été vite largué.

Quoi qu’il en soit, j’ai appris pas mal de choses !! 😉 Et notamment le fait que l’architecture de EE permet de créer des thèmes beaucoup plus flexibles que sur WordPress. Ca peut paraître bizarre quand on sait que WP est super flexible. Mais là, l’utilisation des modules permet vraiment de faire ce qu’on veut, et comme on veut. Le seul souci je trouve, c’est qu’il faut quand même toucher en PHP, ce qui n’est pas mon cas, pour le moment !! 😉 Autre inconvénient, c’est que c’est largement moins intuitif pour l’utilisateur « Lambda ». De ce côté-là, WordPress bat tout le monde…

Effective ways to raise your profile in the web design industry, par Elliot Jay Stocks

Workshop FOWD par Elliot Jay Stocks

Workshop FOWD par Elliot Jay Stocks

Autant vous dire tout de suite, je suis un grand fan d’Elliot Jay Stocks. Je suis d’ailleurs en train de lire son livre qui est vraiment très bien fait !! 😉 J’aurai d’ailleurs l’occasion de faire un article dessus… 😉

ce qui me plaît dans ces workshops, c’est la possibilité de rencontrer des gars qu’on suit sur le web et de les avoir comme « profs » pendant quelques heures. On est environ 20 par workshop, donc on a vraiment l’occasion de discuter, ce que je ne me suis pas gêné de faire !! 😉 Elliot est une personne très accessible.

Pendant ce workshop, on a fait un peu le tour de ce qui se fait de mieux en matière de portfolio sur Internet. On a noté les avantages et les inconvénients de chacuns et Elliot nous a permis de bien cerné ce qu’il faut faire pour bien mettre en avant son expertise et ses références. Ca a été très intéressant pour moi parce que je suis en train de penser au redesign de fran6art qui va accueillir mon portfolio. Et oui, pas mal de choses vont changer !! 😉 Donc, j’avais vraiment très envie de sortir de là avec plein d’idées en tête, ce qui a été le cas.

On a aussi parlé « branding » et j’ai été agréablement surpris de voir que ce que prône Elliot en matière de communication est ce que je fais depuis l’année dernière, et ressemble à s’y méprendre au « job » de blogueur: écrire des articles, commenter sur les autres blogs, se faire connaître avec des articles qui vont attirer du monde, etc… Et puis, il est allé plus loin en disant que le branding passe aussi par des publications, ce qui est aussi mon cas avec le livre sur WordPress, le DVD de formation et très prochainement, des articles dans la presse spécialisée.

Elliot a aussi parlé référencement, et j’y ai appris une chose très intéressante: SEO IS BULLSHIT !! . En gros, le référencement, c’est de la daube !! Il a expliqué que les meilleurs clients sont ceux qui viennent parce qu’ils veulent travailler avec vous et non pas parce qu’ils vous ont trouvé via Google. C’est un fait que j’ai déjà remarqué sur plusieurs articles. Les meilleurs clients sont ceux qui viennent vers vous parce qu’ils veulent bosser avec vous. Et c’est très important quand on bosse en freelance d’avoir des clients sympas !! 😉 Cela ne veut pas dire que tous ceux qui veulent bosser avec vous sont sympas, mais qu’au moins, il y a plus de chances qu’ils le soient plus que ceux qui vous trouvent via Google et qui auront contacté en tout une 20aine de webdesigners… A méditer…

Donc, un très bon workshop, qui m’a permis surtout de voir comment mieux me positionner, quel avenir donner à fran6art et surtout comment en tirer profit.

Conclusion

FOWD - Auteur: Christiaan Arthur Hemerik (flickR)

FOWD - Auteur: Christiaan Arthur Hemerik (flickR)

Pour moi FOWD était une révélation. Je n’y étais jamais allé et j’ai été épaté par tous ces talents. Je me sens très proche de ce qui se fait outre-manche et donc j’en ai pris plein les yeux. Ca m’a permis aussi connaissance avec pas mal de monde et notamment quelques irréductibles gaulois, tels que Bastien ou encore Jean-Baptiste, qui sont vraiment très sympas, et avec lesquels on a peu avoir de très bonnes discussions, comme par exemple, l’absence des professionnels français à ce genre d’événements…

Bref, tous les ans, vous êtes sûrs de me retrouver à Londres pour le FOWD !! 😉

19 Commentaires

  • salut,
    merci pour ce compte rendu détaillé…ça donne envie. Perso je suis convaincu de l’importance capitale de la typographie et je suis surpris qu’on ne puisse pas encore intégrer un fichier de police à un site (c’est pas lourd un fichier de police) pour l’utiliser dans son design. Il parait que ça arrive avec CSS3…

    à très bientôt
    la vidéo déchire pas mal effectivement

  • Lomig > Effectivement, ça devrait être intégré à CSS3 sous la forme @font-face mais de l’autre côté Mark Boulton n’est pas forcément pour ce genre d’initiative car on risque de voir un peu tout et n’importe quoi… Ce qui est vrai remarque… Maintenant, le débat n’est pas prêt d’être terminé !! 😉

  • Salut Fran6,
    oui c’est sûr qu’il y a un risque. Mais pour l’instant, on est condamné à avoir des images supplémentaires à charger pour personnaliser les polices, ce qui n’est pas très satisfaisant non plus !

    à bientôt

  • Je vais regarder ce que Mike Kus raconte, parce que ça fait des années que je râle sur les graphistes print qui n’ont jamais su s’apdater au web 😀

  • Ced > Et vice versa, parce que je connais une panoplie de dev qui designent comme des pieds !! 😀 Quoi qu’il en soit, lui vient du print et est très doué mais son approche est intéressante. Cela dit quand il dit d’imaginer ce que ton design donnerait en print pour ensuite l’adapter au web, ça risque de faire grincer pas mal de dents.

    Malgré tout, on a besoin de la créativité des graphistes et c’est un truc PUREMENT francophone que de penser que le webdesign c’est de l’intégration, du CSS, des trucs techniques quoi ! 😉 Outre manche, on se focalise beaucoup plus sur le côté design et justement je crois que c’est là qu’il faut se concentrer pour avoir un web plus beau, plus accessible et qui respecte les standards ! 😉 Faut que j’arrête de boire moi…

  • Thierry

    « Outre manche, on se focalise beaucoup plus sur le côté design et justement je crois que c’est là qu’il faut se concentrer pour avoir un web plus beau, plus accessible et qui respecte les standards !  »

    Hmm… Je ne pense pas que se concentrer plus sur le design améliore quoi que ce soit au niveau d’accessibilité et de respect des standards du web. Dans la pratique c’est même souvent le contraire (soit à cause du niveau de l’intégrateur, soit à cause des limitations des standards eux-mêmes).

  • Thierry, dsl je me suis mal exprimé en fait… tu as entièrement raison ! Le design n’améliore en rien l’accessibilité et le respects des standards… Ca tombe même sous le sens… 😀

  • Jimmy

    ça devait être bien sympa, ils n’ont pas prévu d’en faire un en Asie l’année prochaine ? (je rêve).

  • Ce ne sont pas les graphistes de qualité qui manquent en France, mais plutôt — et c’est paradoxale au pays de l’intelligence — une réflexion sur les liens entre graphisme, design et intégration (au sens de ce qui est techniquement faisable).

    D’un autre côté (rien n’est jamais simple) les anglo-saxons sont toujours à la recherche de techniques et pratiques réutilisables pour améliorer la productivité, alors que les français vont plutôt s’attacher à la dimension personnelle de la création, d’où certainement le peu d’intérêt qu’ils accordent aux grands routs internationaux 😉

  • Bruno > Ouaip… J’avoue que je ne sais pas trop quoi en penser. Je pense personnellement que ce genre d’événement est incontournable ne serait-ce que pour le networking ( à condition encore là de se débrouiller en anglais…). Mais je crois aussi que la frontière entre web design et web development n’est pas bien définie, ce qui est normal remarque… ^^ Tiens, d’ailleurs, je serais curieux de savoir s’il y a plus de francophones au FOWA… O_o

  • Sam

    Effectivement, on apprend pas mal de choses.

  • Merci Fran6 pour ton keynote. Pour ceux qui sont branchés typo : http://www.alistapart.com/arti.....sontheweb/

  • Décoiffante la vidéo de Mike Kus ! Ca me donne envie de lâcher mon textmate et de me replonger dans mon photoshop préféré !

    Pour alimenter le débat : il est vrai qu’en France le côté esthétique d’un site web passe souvent loin derrière la réalisation pure et dure. Je me vois souvent confronté à des clients qui me disent dit : « et si on te fournit la maquette, tu nous zappes le poste de création graphique ? ». Là dessus ils m’envoient une maquette, pas souvent sexy mais à peu près fonctionnelle.

    Peu de clients – pour l’instant – sont prêts à payer pour de la création graphique. Ils veulent d’abord un truc qui marche. Et si il faut rajouter 1200 € pour avoir un truc classieux en plus, alors non. Mais c’est peut-être aussi à nous de mieux vendre ce type de prestation.

  • Grégoire > Tu te doutes bien que j’ai le même genre de clients et qu’effectivement, la « beauté » du truc les intéresse rarement. Mais même dans les cas où tu as carte blanche, il arrive parfois qu’à la fin le client a changé tellement de choses de ton design, que finalement, c’est juste si tu y reconnais ton style !! 😀 J’exagère un peu mais c’est limite vrai…

    Une chose qui peut être intéressante, c’est que la plupart des projets français que j’ai fait se résume comme tu l’as fait: on te file la maquette ou tout du moins un max d’infos à ce niveau-là. Par contre, sur le peu de projets anglophones que j’ai fait, j’ai eu carte blanche sur tout, en tenant compte des exigences du client bien sûr.

    Alors, c’est vrai qu’il y a peut-être une culture… Maintenant, si on regarde bien la plupart des sites francophones, y en a pas la masse qui sont passionnants… Du côté US non plus d’ailleurs… Mais peut-être qu’il faut aller chercher des clients de l’autre côté de la manche pour se faire plaisir graphiquement, ou encore, comme tu le dis, mettre cet aspect en avant. Si tu regardes les sites ou designers qui parlent vraiment design en France, il y en a pas ou peu… Peut-être une niche à prendre ?? 😉

  • Une niche à prendre, oui en effet. Peut-être la prochaine version de fran6art verra t-elle un changement de ligne éditoriale ? 😉

  • Who knows !! 😀

  • Jimmy

    @Fgermes : exact, perso je suis développeur web, sur WordPress depuis 1 an, et j’essaye de travailler avec des graphistes pour proposer de beaux design mais la plupart de mes clients (français en France ou à Taiwan) ne sont pas interessé par un beau site, ou alors si seulement ça ne coûte pas cher et ça c’est pas vraiment possible. faut vraiment éduquer les clients, on peut pas tout avoir pour un coût minimum.

Success, your comment is awaiting moderation.