Francis Chouquet Graphiste Lettering

Les blogs: du journal intime au journalisme…

0

Hier soir, j’étais plongé dans un excellent article de .netmag UK, qui avait comme sujet les « site refresh », et qui évoque une sorte de phénomène de plus en plus important d’une migration des sites de news vers une ergonomie pompée sur la presse classique. On veut mettre en avant les titres les plus importants. On utilise un design et des couleurs qui attirent plus l’attention. Bref, on veut informer, on veut diffuser de l’info.

Et tout ça m’a fait penser aux blogs, à nos blogs. On remarque depuis un moment de plus en plus de thèmes orientés « Online Magazine », mais qu’on appelle souvent « thèmes CMS ». Ici, on a déjà parlé notamment de Révolution, dont une version sports vient de sortir (voir l’illustration ci-dessous), mais aussi de Mimbo et de Morning After.

sports theme wordpress

Et ce mouvement, on le ressent aussi auprès de quelques blogs qui ont pignon sur rue, comme celui de Problogger.net par exemple.

Et donc, ça m’a fait penser aux grandes discussions sur le blogging qui faisaient légion quand j’ai commencé à bloguer. Est-ce que le blogging est du journalisme ? Est-ce que le blogueur est le journaliste citoyen ? Je peux me tromper mais j’ai l’impression que les choses sont en train de changer. J’ai l’impression qu’on est dans un nouveau type de média, dans une nouvelle ère de la communication et que le terme même de journalisme est de plus en plus galvaudé.

Alors, bien sûr, il reste d’un côté les « vrais » journalistes, ceux qui ont leur carte de presse, qui ont fait des études pour ça. Et de l’autre côté, on a aussi la grande majorité des blogueurs qui racontent leur vie, leurs états d’âme, quelques blagues, quelques vidéos. Bref, la blogueur dit « typique » qui blogue sa vie sur internet. Mais entre les deux ? N’y aurait-il pas de la place pour un « problogger » justement ? Quelqu’un qui n’est pas vraiment un journaliste mais qui n’est plus vraiment un blogueur typique non plus… Quelqu’un qui a une ligne éditoriale précise, qui fait de la veille, qui rapporte des news d’Outre-Atlantique, et qui a un public parce qu’il apporte tout ça…

Il m’arrive de faire le rapprochement parfois, quand je me déplace en voiture et que j’écoute la radio. Ces journalistes, qui animent des émissions, doivent les préparer, étayer leur sujet, le développer. Pour cela, il leur faut des sources, des références, non ? Et nous dans tout ça ? Chaque jour, je passe du temps à parcourir le web à la recherche d’infos, d’idées, pour alimenter mon blog. J’essaie de préparer mes articles avec quelques références. Bien sûr on est loin du professionnalisme de ces gens, mais n’y-a-til pas une part de journalisme dans tout ça ?

On est quand même assez nombreux à bloguer sur des sujets qui n’ont rien à voir avec notre vie personnelle. On blogue sur des sujets qui nous passionnent, on développe des idées. On passe pas mal de temps à faire de la veille pour rester à l’écoute de ce qui se fait. Et puis, dès qu’on sent qu’une info est importante, on la publie. Moi, je trouve que c’est pas loin du journalisme tout ça… Même les termes sont parlants: on parle de veille, de publication, de ligne éditoriale, d’auteur, de sources. Bref, tout un vocabulaire utilisé dans la presse traditionnelle, écrite ou audiovisuelle.

Et pour revenir à .net mag UK par exemple, ce genre de magazine est truffé d’articles de news sur le monde du web, de tutoriels intéressants. Mais rien qu’on ne pourrait pas faire sur un blog. Un autre exemple à travers un autre magazine: iCreate, la magazine pour les pro-Apple. On y trouve pleins d’astuces pour vos softs ou macOSX. Mais il suffit de s’abonner à de très bons blogs comme TUAW par exemple, et l’info vous l’avez également, et plus rapidement ! D’ailleurs, j’ai parfois l’impression que les magazines de ce genre ont les mêmes sources que nous autres, blogueurs.

Donc, y a-t-il encore un si grand fossé entre le blogging et le journalisme ? Les médias traditionnels semblent, en tout cas, bouger massivement vers les nouvelles technologies, et les utilisent dans des buts parfois complémentaires à ce qu’ils proposent sous forme papier (audio, vidéo par exemple). Reste à savoir quels vont être les positionnements de chacuns et quel va être notre rôle, à nous blogueurs, pendant les prochaines années. Et là, je dois dire que bien assis dans mon fauteuil, j’attends de voir ce qui va se passer…

Et vous, que pensez-vous de tout ça ? le blogueur n’est PAS un journaliste ? Le journalisme est en train de prendre une nouvelle route ? Quelle place pour les blogueurs dans les années à venir ? Y a-t-il une opportunité pour nous à saisir ? A vous la parole !

PS: et n’oubliez pas de participer à notre enquête de satisfaction sur WordPress ! On a besoin de vous ! 😉

30 Commentaires

  • Très intéressant papier. Comme tu le dis, il y a les bons journalistes pro, le problème n’est pas là, s’ils sont bons on les lit et on applaudit. Mais il y a la cohorte des autres, et alors là, on les subit. Désinformation, compromission, amateurisme, sensationnalisme, chair à pâté à vendre, rentabilité, etc. sont leurs moteurs. Ils se drapent souvent dans une prétendue déontologie professionnelle, mais de professionnelle ils n’ont que la carte. Notre place à mon sens, en tous cas c’est celle que je tente d’occuper, est d’apporter un éclairage personnel sur les sujets que je traite, documenté et surtout argumenté. Or l’argument est souvent ce qui manque à la cohorte ci-dessus, qui se contente de recopier des dépêches d’agence par copier/coller sans même y ajouter un mot. Je reçois depuis quelques temps des témoignages de lecteurs qui me montrent que l’on peut probablement concurrencer les journalistes sur leur terrain, notamment en sortant des affaires en exclusivité. C’est bien pour ça qu’ils bloguent et que les journaux sont très présents aussi sur internet. Le phénomème blog leur fait peur.
    C’est vrai aussi qu’il faut faire une différence entre les blogs un peu sérieux et les purs journaux intimes et autres collection de youtube qui finalement n’apportent rien, ainsi que les sites qui ne font que redire la même chose que le voisin.

    Le débat est bien loin d’être clos.

  • Sur les blogs comme dans la presse classique tu va avoir des gens qui vont tenter d’avoir une touche personnelle sur leurs articles, qui vont argumenter, etc… et d’autres qui vont faire de la presse-poubelle. Dans les 2 médias le parallèle existe.

    Pour moi la grande différence ne se situe pas tellement sur le fond et la forme des articles (qui peuvent être aussi bon, aussi mauvais, aussi divers et variés dans l’un ou l’autre cas) mais plutôt dans le public cible. Dans ce qui est « traditionnel » (télé, journaux papier, …) le lecteur « subit » ce que le média propose comme journaliste. Si tu aime « Le Monde » parce que 80% des journalistes y sont bon (pour toi) mais que tu déteste les 20% restant => t’es obligé de les avoir dans ton journal. Par contre sur le web tu peux sélectionner toutes les personnes que tu lis. Même dans un blog collaboratif tu peux décider de ne pas recevoir les billets de tel ou tel auteur.

    Quand à savoir s’ils trouvent leurs infos suivant les mêmes sources je pense que dans tous les cas le « bruit » sur un sujet se repend plus vite sur le net. A travers blogs/twitter interposé, les nouvelles peuvent traverser le monde en quelques heures alors que la presse classique aura plus de « barrière » de temps (impressions papiers, distribution,…). Après ne reste pour les bloggueurs qu’à trouver les sources adéquates dans le tas de celles qui existent en fonction de ce qu’ils veulent rapporter mais avec un peu de travail on y arrive assez vite 🙂

  • Claire

    Une des bases du journalisme est de ne pas mélanger les nouvelles et l’opinion. Voilà un premier point qui fait la différence avec les blogueurs : on les lit principalement pour ce petit plus, leur opinion !

    Cela ne veut pas dire que les journalistes ne font pas des articles d’opinion, mais qu’ils sont supposé faire la distinction entre un article dans lequel ils vont donner leur avis et celui dans lequel ils racontent les faits. Là encore, on voit que les médias actuels sont loin de respecter ce principe pourtant fondateur.

    Un autre point important qui permet de faire la différence entre un travail de journalisme et un travail de recherche sur un sujet, est la recherche de terrain, la recherche de source primaire d’information, par exemple grâce des interviews (on peut alors offrir une citation de tel ou tel spécialiste, tel ou tel acteur de l’histoire) autant que grâce à une présence sur le terrain (lorsque le journaliste ne cite pas de sources, il est induit que ce sont des choses qu’il a constaté avec  »ses yeux et ses oreilles’ 😉 )

    Enfin, une dernière chose, et pas des moindres, qui pour moi a contribué à faire basculer les choses du côté obscure… La question du « conflit d’intérêt » :

    Les journalsites sont supposé faire passer la nécessité de dire la vérité au public, de l’informer avant les intérêts économiques.(Bien sûr, tout en ‘minimisant les torts’ c’est à dire en prenant en considération les conséquences que la diffusion de cette information va avoir sur les acteurs de l’histoire)
    Or, de nos jours, la question tant de l’audimat et du volume des ventes passe bien souvent, avant ces considérations éthiques.
    Il n’est plus question d’informer, mais de donner aux lecteurs/spectateurs/auditeurs ce qu’il veut entendre, ce qui va l’accrocher. Le rôle d’un journaliste est pourtant précisément, au départ, d’être capable de dire ce qu’on ne veut pas entendre. (dans la mesure ou c ‘est la vérité et que cela vaut la peine d’être révélé, bien sûr)

    Globalement je trouve que le niveau des journalistes a baissé en terme d’éthique. Trop souvent ils sont trop influencé par les question d’intérêt économiques pour offrir des informations fiables. Mais heureusement, ce n’est pas le cas de tous ! Et d’un autre côté, certains blogueurs ont une démarche très sincères qui rend leur travail intéressant et riches. ..Et parfois certains se laissent aussi un peu aller à l »infomerciale’ sauvage et dissimulé !

    En fin de compte ce sont deux démarches différentes, mais qui rencontrent probablement les même difficultés : cela me rappelle l’article de Francis sur la tentation de blogguer en cherchant à attirer le lecteur.

    Blogging et journalisme, deux démarches vraiment différentes, mais rencontrant des problématiques parfois similaires en somme :).

    Les « vrais » journalistes n’ont pas de soucis à se faire, comme il recherche d’abord à servir le public, ils peuvent vivre en parfaite harmonie avec tout la blogosphère !

  • Bonjour,

    Passionnant ce billet.
    En effet, je suis assez d’accord sur le fait que les blogueurs ont une part de plus en plus grande dans le passage de l’info. Mais comment cela va évoluer? J’avais lu deux billets très intéressants à ce sujet sur Buzz Together dont voici les liens:
    – Quel est l’avenir des blogs dans les médias? : http://buzztogether.blogspot.c.....s-les.html

    Pour qui bloguez-vous? Ou chronique d’une implosion annoncée! : http://buzztogether.blogspot.c.....-dune.html

    En fait, de manière très personnelle, j’ai un peu l’impression que la blogosphère est en train de se séparer en deux groupes: ceux qui bloguent pour une audience forcée, avec un contenu peu intéressant et approfondi, et ceux qui bloguent pour développer des idées et apporter quelque chose d’intéressant, qui, comme tu l’as dit, font en sorte de tenir une ligne éditoriale assez constante.

    A mon avis, de la même manière le phénomène blog a explosé, ce même phénomène va considérablement se réduire, pour laisser place à un contenu d’une certaine qualité, enfin, je l’espère!

  • Finalement nos points de vues se rejoignent. En tout cas, merci pour ces longs commentaires super détaillés. Certains point ont vraiment attiré mon attention comme la recherche d’information. C’est vrai que la plupart d’entre nous relayons souvent des infos déjà parues par ailleurs. En ce qui me concerne, je ne relaies que très rarement une info parue sur d’autres blogs francophones, sauf si de petite envergure. Disons que je me pose toujours la question « est-ce que les lecteurs vont avoir cette info ou est-ce que c’est mon rôle de leur fournir… ».

    Ensuite, concernant le phénomène blog, c’est vrai qu’il commence à y avoir 2 grandes familles mais je pense que les blogs persos vont continuer à bien tourner. Certains sont des vraies stars donc ça veut dire qu’il y a un public pour ce genre de blogs. Ensuite, on dit souvent que c’est le temps qui a raison des blogueurs, donc beaucoup s’ouvrent mais beaucoup sont également laissés à l’abandon…

    Quoi qu’il en soit, je pense qu’il y a une place pour nous, pour un contenu de « qualité », avec du fond et je pense que ce positionnement va se renforcer dans les années à venir… Un créneau à saisir peut-être ??

  • Claire

    Oui, parfaitement d’accord Francis !
    j’ai oublié une dernière chose dans mon post et c’est :

    Les « vrais » blogueurs n’ont pas non plus de soucis à se faire, leur travail personnel et original va continuer à coexister en harmonie avec les journalistes.
    Vos travaux se complètent pour moi, ils ne rentrent pas en compétition, ou alors pour le meilleur, la recherche de la qualité !

    Voilà pour bien équilibrer les choses 😉

  • Personnellement, je suis persuadée que la veille de blogs est entrée dans les moeurs. Peut être pas chez les grands journalistes, mais elle a déjà ses adeptes dans le monde du marketing. Et il n’est qu’à voir des émissions comme l’émission politique de Canal + le dimanche midi avec sa rubrique « Campagne net » pour s’apervoir qu’il y a même des journalistes qui en vivent. Tout simplement parce que les bloggeurs font tout le « sale boulot » et qu »il n’y a plus qu’à se servir…

    J’exagère un peu mais à peine. Francis, tu t’interroges sur la place intermédiaire que tu pourrais occuper entre le journaliste pro et le bloggueur de base, fais gaffe à ne pas prendre cette place là, ou alors trouve un moyen de te faire rémunérer pour ce travail colossal.

    C’était juste mon petit avis. Merci de m’avoir lue. 😉

  • O oui, Angelina, 10 fois plutôt qu’une… je retrouve parfois des morceaux choisis de mes billets dans des journaux ….qui interpellés sur la question ont toujours la même réponse : »navrés, nous avons oublié de citer »…..

  • Claire

    Angelina => C’est sûrment rentré dans les moeurs de certains grands journalistes aussi, car cela donne une certaine ‘tendance’ de l’opinion public, même si les blogs (ni les journaux d’ailleurs) ne sont pas non plus la Bible ! 😉

    Concernant l’émission dont tu parles je ne la connais pas, alors, désolé si je dit une bêtise : si il parle de certains blogs, c’est bien cela met en valeur le travail des blogueurs. ..si ce n’est pas l’esprit, voir mon opinion ci dessous :

    Kalvin => Oui, et c’est vraiment une honte ! Citer ses sources, c’est vraiment le B.A. BA.
    Sinon, c’est purement et simplement du plagiat et pour un journalsite, c’est grave.

  • C’est vrai que ce genre de choses n’est vraiment pas sympa, mais ils prennent le risque…

    Angelina, pour la place intermédiaire et la rémunération, c’est toujours le même problème avec le blogging, c’est que tu donnes beaucoup, mais financièrement ça ne te rapporte pas grand chose, même rien pour certains.

    En ce qui me concerne, c’est un peu différent parce que mon blog m’apporte du travail, des projets. Je ne le fais pas pour ça, je garde mon cap, mais il se trouve que ça attire certaines personnes intéressées pour des projets de blogs ou de référencement. Donc je prends !! :mrgreen: La place des blogs est très ambigue par rapport au journalisme parce que c’est à la fois un média, mais aussi un incroyable outil de communication. Et ça, il ne faut pas l’oublier !

  • Claire

    Je crois que c’est les différences de démarches au départ qui sont significatives.

    Un ‘bon blogueur’ va avoir d’abord envie de partager avec les autres, sans chercher d’autres retour que des commentaires sympas, des discussions interessantes, des contacts, l’interactivité en somme. Si il reste dans cette optique là, alors forcément, il est gagnant, même si cela ne se traduit pas par des sous à la fin du mois.

    A l’inverse, un ‘bon journaliste’ n’a pas le droit à l’erreur et a beaucoup de responsabilité.ça se traduit, comme tout métier, par un chéque à la fin du mois. Et il y en a qui prenne les choses au sérieux et d’autres pas. Comme dans tout métier !

    A un autre niveau, les « bloggeurs professionel », par exemple Loïc Lemeur, l’utilise, comme le souligne Francis, d’abord comme un outil, plutôt que comme une source de revenus directes. A travers les contacts qu’on peut créer, cela provoque des opportunités.
    A moins que ces visites ait put – également- lui générer des sous avec les pubs ?

  • Je te trouve bien gentil avec les « vrais » journalistes 😉 Le terme journaliste est pour moi une coquille vide depuis que l’information brute est à la portée de tous et depuis que 80% d’une classe d’âge sait lire et écrire…

    Je suis toujours extrêmement déçu par 80% des articles de presse que j’ai l’occasion de lire
    La plupart du temps les articles sont bâclés et c’est un comble quand on se rend compte qu’il s’agit de thèmes vus et revus.

    C’est valable pour les sujets de société, mais c’est encore plus flagrant quand il s’agit de presse spécialisée où les sujets semblent programmés un an à l’avance (ils sont d’ailleurs écrit depuis longtemps, puisque on prend les mêmes et on recommence…)

    Bref, mon opinion toute subjective, c’est que beaucoup de blogueurs qui n’ont même pas la prétention de faire du journalisme (puisque ces derniers prennent bien soin de leur faire comprendre qu’on ne joue pas dans la même cour) ont à coeur de vérifier leurs sources, de les citer et souvent même de faire un vrai travail d’investigation. On n’avait pas vu ça depuis longtemps ^^

  • Claire > Je suis d’accord que le but premier d’un blog est très loin du journalisme. Le blogueur veut partager avant tout, alors que le journaliste sera là pour informer, sans attendre de retour. Quoi qu’il en soit, les 2 veulent exprimer quelque chose. Après, comme dans tout métier, il y a les bons et les mauvais…

    Bruno > Je pense que certains blogueurs sont consciencieux et honnêtes. Mais ce n’est pas le cas de tout le monde. J’ai suivi quand même quelques grands blogs qui se faisaient plaisir à traduire des articles US sans parler une seule fois de la source, en allant même jusqu’à dire qu’ils avaient eu l’idée en allant faire leur jogging. Donc, pas que des bons non plus de ce côté de la barrière.

    Quoi qu’il en soit, je te rejoins largement sur la qualité du journalisme, surtout dans la presse spécialisée et notamment informatique. Mais ce que je peux vérifier en France, je ne le retrouve pas forcément outre-manche par exemple. Je m’explique. J’ai lu et lis encore parfois Computer Arts France. Magazine tourné grand public 3D, qui ne s’adresse pas aux professionnels du design, et qui abordent des sujets vus et revus, parfois on retrouve le même sujet « revisité » d’une année sur l’autre. Vraiment très pauvre, mais qui se vend parce qu’il y a un marché (enfin, j’espère pour eux).

    Depuis 6 mois environ, je suis abonné à Computer Arts UK. Et là, c’est complètement l’opposé. Ce n’est que du contenu, des sujets de fond, des dossiers rédigés par des pros. Bref, on apprend beaucoup, on découvre beaucoup et c’est super bon pour la créativité. Idem pour .net mag d’ailleurs. Et ces magazines s’adressent aux pros.

    Maintenant, un magazine doit faire de l’argent pour survivre. Et je crois qu’un CA n’a pas trop le choix. Il doit rester grand public et attirer tous les fans du Seigneur des Anneaux et des technologies 3D qui font rêver tout le monde. On reste en surface. Et ça, je le retrouve moins dans les blogs, ou tout du moins dans ceux que je lis. On va plus dans le détail, la réflexion. C’est le cas chez toi notamment, où tes articles sont toujours étayés. balisés. On sent qu’il y a un travail de recherche. Mais un bon article n’a pas forcément besoin de la tonne de sources, de références ou de compétences pour être intéressant. Il suffit qu’il pose une bonne question, et que les arguments fournis tiennent la route. C’est pour ça que j’adore le web. On est beaucoup plus dans la subjectivité je trouve… non ?

  • Merci Francis pour ce billet et cette réflexion ;
    et je suis d’accord avec toi sur le fait que la veille et la recherche que nous autres bloggeurs faisons, quand nous cherchons à apporter , sur un thème donné , du contenu documenté et intelligent (ou en tout cas pas trop bête ni trop « bateau ») équivaut à du travail de journalisme …quitte à être lâchement « pompé » par ces mêmes journalistes !

    Mais il y a je pense une frontière qui persistera toujours entre un bloggeur (même pro-bloggeur) et un journaliste, c’est cette notion d’avis personnel, de subjectivité, qu’on trouve dans la plupart des blogs, et qui ne devrait pas se trouver dans un travail journalistique, qui doit rester (en théorie) objectif. Seuls les éditorialistes aujourd’hui (et rémunérés comme tel) ont vocation dans les médias « classiques » à donner leur opinion et avis personnel sur les sujets qu’ils traitent. Les autres sont tout de même contraints à la neutralité la plus « professionnelle ». Et c’est d’ailleurs pour çela sans doute que certains journalistes ont ouvert leur blog, pour y parler plus librement..

    Alors en restant bloggeur, on peut essayer d’écrire le plus intelligemment et professionnellement possible, comme un « vrai » journaliste (un gentil message d’une lectrice me suggérait même récemment de me recycler dans ce métier ! 🙂 ), même s iet surtout nous ne sommes pas dans le désintéressement total en écrivant un blog, pour les contacts ou la visibilité qu’il peut nous apporter.

    Mais si nous voulons garder notre liberté de ton, de vision, de parole, il y a peut-être une ligne (financière ?) à ne pas franchir … 🙂
    Encore merci et à bientôt !!

  • Alice > Tout à fait d’accord avec toi sur toute la ligne. Notre liberté de ton, de vision et de parole comme tu le dis si justement fait notre force. Et j’ai vu des articles « rémunérés » ici ou là, j’en ai également rédigé pour d’autres blogs et ça casse quelque chose. C’est vrai qu’il y a une frontière et qu’il vaut mieux la préserver…

    Merci à toi pour ton commentaire !! 😉

  • francis > Je te rejoins également sur la question de la subjectivité qui fait le sel des blogs. Mais comme je le disais, l’information brute (agence de presse, etc.) est disponible gratuitement, donc, on est en droit d’attendre des journalistes qu’ils aillent plus loin en faisant preuve d’esprit d’analyse en (re)mettant l’information dans le contexte, en faisant preuve de pédagogie ou simplement en donnant leur avis en qualité d’expert de l’information.

    En terme de qualité rédactionnelle, l’exception provient des journaux gratuits distribués dans le métro où un recentrage rédactionnel basé sur la proximité (sans pour autant ressembler au journal de Jean-Pierre Pernault…) redonne à la presse un intérêt de lecture qu’elle a perdu en ce qui concerne les « grands titres ».

    Il y a des exceptions, comme le Figaro, où la permanence des idées – qui rendait le titre conservateur il y peu – et l’existence d’un fil conducteur, se font de plus en plus rare dans la presse de gauche 🙁

    D’accord aussi sur le fait qu’un billet n’a pas besoin d’être documenté et de contenir 50 000 sources pour présenter un intérêt 😉

  • Ouais, d’accord Bruno. Après, il y a différents types de presse donc différentes manières d’aborder l’info, mais on reste globalement dans l’information. Après, il y a toujours des journaux comme Charlie Hebdo ou Le Canard Enchaîné qui ont une approche plus personnelle. Quoi que Libé est « pas mal » non plus de ce côté-là.

    Moi, la presse quotidienne, j’y arrive pas. J’ai essayé pourtant, pendant un moment, mais je n’y arrive pas. Je préfère de loin les hebdos ou les mensuels. Je crois que ce qui me bloque dans les quotidiens, c’est souvent le ton, morose, terne. En fait, pour aller plus loin, je préfère de loin la presse locale ou régionale que nationale. Plus proche des gens, les interventions sont souvent plus pertinentes… Bon après, chacun se goûts remarque…. 😉

  • Alice, je suis navré mais la presse culturelle et même sportive est loin d’être objective généralement. Et puis quand un artiste sort un nouveau disque, il y a des critiques qui peuvent pondre un article assez similaire à celui fait pour le précédent disque…

  • Claire

    => Bruno
    Ce n’est pas tout à fait vrai concernant la « gratuité » des agence de presse. Pour un journal, crois moi , l’abonnement l’AFP, c’est un budget ! Et si tu as raison concernant le fait qu’il faut qu’ils aillent « plus loin » l’orientation que tu évoque, n’est pas tout à fait celle qu’est supposé prendre un journaliste.

    Je te cite 😉

    « …en faisant preuve d??esprit d??analyse en (re)mettant l??information dans le contexte, en faisant preuve de pédagogie ou simplement en donnant leur avis en qualité d??expert de l??information. »

    Remettre l’information dans le contexte, là-dessus, tu as 100% raison, les faits, on peut leur faire dire un peu ce qu’on veut selon le jour sous lequel on les présente.

    « Faire preuve de pédagogie », cela me gène, parce qu’un journaliste a le devoir de chercher la neutralité. De recouper les faits et de permettre au lecteur de se faire sa propre opinion. Faire preuve de pédagogie pour un journaliste, cela peut être une bonne chose : expliquer avec simplicité un truc complexe.
    Mais cela peux signifier également purement et simplement faire de la propagande.

    « ou donner leur avis en qualité d’expert de l’information, »
    Je n’ai peut être pas compris ce que tu voulais dire, cela n’a pas de sens pour moi. 🙂
    L’info, c’est d’abord les faits, et un journaliste doit enquéter, recouper les informations, les vérifier par plusieurs sources, vérifier la crédibilité de ses sources etc.

    Alors, soit j’ai rien pigé et tu attend d’un journaliste qu’il ne fasse pas son boulot, mais te dise juste de loin ce qu’il pense d’une info, en « qualité d’expert de l’info en général » ..qui n’a donc pas fait ses recherches de terrain sur ce sujet en particulier!!! (et les recherches de terrain, c’est ça le journalisme !)
    Et ça, précisément c’est ce que fait un « mauvais journaliste » 😀

    => Francis
    Souvent je constate que la presse régionale joue plus le jeu. En allant vers les gens en parlant avec eux. Là les articles sont vivants, intéressants.

    Voilà le code déontologique de la société des journalistes professionel, c’est intéressant pour comprendre quelle est la véritable démarche journalistique. ….quelle soit respecté ou pas…
    http://www.spj.org/ethicscodeFR.asp

  • Claire >

    C’est cette question de la neutralité qui me gêne, moi. Je préfère de loin un journaliste honnête et intègre à un journaliste neutre et objectif.

    On sait tous que l’objectivité n’existe pas : tout le monde parle depuis une position (cf. les travaux de P. Bourdieu). Quand à la neutralité… l’impartialité… franchement, je pense qu’en dehors des cas d’écoles ces notions sont un peu vides. Il y a quelques années la profession de foi d’un fanzine auquel je participais disait : « Ni de droite ni de gauche, mais pas neutre ! »

    Là, je te rejoins un peu, car c’est une notion carrément floue :p Ce que je veux dire par là, c’est qu’une recherche documentaire sérieuse n’est plus compatible avec les impératifs de production d’un quotidien, d’un hebdo ou d’un mensuel. Donc, cette recherche est bâclée et ne signifie souvent pas grand chose.

    Ecrire en qualité d’expert de l’information, c’est, par exemple, pour un journaliste, de lâcher la bride à son intuition, à son flair, à sa connaissance du terrain, quitte à se planter au pire, et à rectifier par la suite, plutôt que de courir après une pseudo-objectivité gagnée souvent à coup de sondages ou d’enquêtes téléphoniques bidons.

    C’est vrai que parfois, j’aimerais bien qu’un journaliste qui connait bien son sujet me dise ce qu’il pense d’une info (qu’on ne me fasse pas croire qu’il n’a aucune opinion avant d’avoir fait tout ses recherches 😉 )

    Enfin, voilà en gros mon avis – très subjectif – sur ces questions. (Merci d’avoir pris la peine d’argumenter)

  • Claire

    Bruno =>

    La neutralité, tu as raison, ce n’est pas possible. Un journaliste l’a décrit comme la quête du Graal : ce n’est pas vraiment le fait de le trouver qui compte, mais de continuer à chercher.

    Ce qui me fait lire les blogs c’est les gens qui les écrivent, leurs opinions. Francis s’intéresse à des choses qui m’intéresse, j’aime avoir son opinion, lire ses découvertes.

    Mais je ne m’intéresse pas à l’opinion d’un journaliste. Ou alors, je vais aimer une chronique, un édito spécial parce que le ton me plait, est drôle, piquant…

    Pour moi, un journaliste se doit d’avoir conscience de son opinion pour justement, ne pas la faire interférer dans son travail. La neutralité est impossible dès le départ : on choisit un sujet et pas un autre. On interview une personne et pas une autre. On choisit une citation et pas une autre.

    L’intégrité et l’honnêteté du journaliste siège pour moi dans cette effort de découvrir la vérité, même si elle va à l’encontre de l’opinion de ce journaliste, D’avoir le courage de présenter une vérité qui ne lui plaît pas, qui va même peut être à l’encontre de son opinion. Pour moi, l’intégrité du journaliste c’est cela, c’est de tenter au maximum d’être ‘neutre’. Disons que d’une certaine façon c’est plutôt une forme d’honnêteté intellectuelle que de ‘neutralité’. Chercher à être neutre, en sachant que d’un certain point de vue, ce ne sera jamais vraiment possible.

    Et pour moi, ne pas donner son avis fait partie du job.
    ..et c’est pour ça que je lit des blogs de gens sympas et intéressant qui donne leur avis 😀

    Merci à toi je viendrais faire un tour chez toi de temps à autres 😉

  • C’et article est justement la thématique dans ma recherche de thème pour WordPress. Non pas que je suis un « pro » dans l’écrit, je ne suis pas non plus totalement un bloggeur dans le sens large du terme. J’essaie juste d’écrire après recherche ou par des tests un article qui me convient et qui donne de l’information. Ce qui me gêne actuellement dans le blog, c’est son côté « simpliste » dans la présentation à la chaîne.

    Je ne critique pas le côté ludique ou fourre tout du blog mais dès qu’on commence à donner de l’information, le blog en tant que tel ne présente plus l’information d’une manière informative mais plus comme un journal de bord de l’info. De plus et très souvent comme sur ce présent blog, l’information est très intéressante mais sa présentation de type blog casse la qualité des infos car linéaire dans le temps et non par la qualité des articles. D’où l’intérêt d’un CMS à la limite pour mieux sectoriser rendre l’info plus humaine dans sa lecture.

    Vient alors le problème de la plateforme. Certes WordPress est parfait pour le blog mais je sens le besoin de passer à autre chose pour présenter l’information. D’où mon intérêt pour le thème « Révolution » qui amène au blog du CMS au sens de base. Certes, je me sens terriblement attiré par Joomla mais son côté usine à gaz me bloque pour l’instant car trop puissant pour mon emploi de « petit » utilisateur.

    En fait un WordPress plus orienté CMS dans sa présentation serait une parfaite adéquation et le thème « Revolution » dans ce cas prend tout son sens.

  • Et si je peux rajouter mon grain de sel… Le blogueur se contente en général de reproduire une info prise sur l’AFP, sur les grands sites de news etc… Le journaliste, dans la mesure du possible, va essayer de trouver sa propre information, d’enquêter, de vérifier ses sources auprès des spécialistes. Là est la différence. Pour donner un exemple, si les blogueurs étaient vraiment des journalistes, ils n’auraient pas tous répété que blackle par exemple permet d’économiser l’énergie de nos écrans. Car si l’info est vrai pour les cathodiques, elle est fausse pour les écrans plats. Le journaliste devrait en théorie vérifier si cette information est vraie ou fausse.

  • « Le blogueur se contente en général de reproduire une info prise sur l??AFP »

    Comme beaucoup de journalistes, sauf que le blogueur fait ça gratuitement (troll inside).

    Plus sérieusement, ce genre d’affirmation est trop vague. C’est super fastoche de dénigrer les blogueurs en général en prenant des exemples de certains adeptes du copié-collé. D’ailleurs, tu leur fait beaucoup d’honneur, à ceux-là, en supposant qu’ils vont copier l’info depuis l’AFP 😀

    « si les blogueurs étaient vraiment des journalistes, ils n??auraient pas tous répété que blackle par exemple permet d??économiser l??énergie de nos écrans »

    Les blogueurs ne sont pas des journalistes au sens juridique du terme. Certes. Mais il serait intéressant de déplacer le débat sur le terrain de l’écriture. Un blogueur peut-il gagner ses galons d’écrivain s’il ne publie pas un livre en papier ?

    Et puis, bon, je ne suis pas certain que les blogueurs sortiraient gagnant face aux journalistes concernant le nombre de fausses informations diffusées ^^

  • oh non, je ne veux pas dénigrer les blogueurs ! En fait, je suis moi même journaliste et blogueuse. Et ça m’amène à me poser bcp de questions justement sur le métier de journaliste et le rôle des blogueurs. Je pense que le débat est un peu faux. Qu’importe le support, c’est la manière de faire qui compte. Vous parliez d’écrivain-blogueur. J’attends avec impatience le jour où un blogueur recevra le prix goncourt ! Ce qui est bien avec internet, c’est que ce n’est plus une minorité qui choisit ce qu’il faut lire. C’est la majorité qui décide de ce qui est bon ou non. Prenons l’exemple des artistes musicaux : ils se font découvrir désormais sur Myspace ! C’est génial je trouve. Euh, zut, où en étions-nous ? ;o)

  • ckck > je ne voulais pas faire de procès d’intention 😉 En fait, un journaliste, c’est surtout un statut spécifique au regard des avantages fiscaux et du droit du travail. C’est pour celà que le débat journalistes vs blogueurs prend parfois des allures de champ de bataille : les journalistes défendent leur « bout de gras », tandis que certains blogueurs aimeraient être invité au festin 😉

  • Débat très animé à ce que je vois ! C’est ce que j’aime !! C’est un peu ça le blogging aussi non ? Je rejoins Bruno sur le fait que les blogueurs reprendraient l’info de l’AFP. Personnellement, ça ne m’est jamais arrivé et ce n’est pas ma démarche. Je crois également que ce n’est pas celle de Bruno et que c’est pour ça qu’il réagit ainsi.

    En ce qui me concerne, j’ai 2 méthodes pour la rédaction d’articles. Il y a d’un côté la veille et de l’autre côté la réflexion. Pour la veille, c’est reprendre des news qui sont apparues sur d’autres sites. Mais ici uniquement ou presque US. Donc, c’est permettre aux visiteurs FR d’avoir une info fraîche en provenance du UK ou des US, principalement. Souvent, je la développe aussi selon ce qu’elle m’inspire. Ensuite, il y a les sujets de fond, et là, tout part d’une idée ou d’un thème qui m’inspire et je développe dessus en récupérant des sources ou des infos pour étayer mon article. C’est vraiment le côté expression du blogging que j’aime, et ce côté partage.

    Mais c’est vrai que le débat est un peu biaisé quelque part. Pas facile d’établir des marques, de définir des professions. Mais de l’autre côté, je pense que c’est une question à poser, un sujet à débattre. La preuve, regardez chacun de vos commentaires, ils font souvent plus de 10 lignes !

  • Bonjour,
    Et merci pour ton blog que je fréquente de plus en plus…
    Ah! Voilà un débat passionnant… Pour ma part je suis OK avec toi quand tu dis que le « blogging pro » a sa place à l’avenir (déjà aujourd’hui pour quelques uns d’ailleurs). je vois pourtant deux différences avec la presse :
    – comme tu dis c’est essentiellement un travail de veille sur des sujets précis, ce qui fait que ce métier naissant est davantage un dérivé de la documentation que du journalisme;
    – le plus souvent ce sont des blogs à valeur analytique : le boulot du journaliste, c’est aussi d’apporter des témoignages, ce que ne font pas les bloggueurs pro.

Success, your comment is awaiting moderation.